La Deuche a 60 ans

La Deuche a 60 ans
Voir 46 photos
Par: REDACTION 05-05-2008
En 1948, la petite Citroën du peuple voyait le jour. Pour ce soixantième anniversaire, la marque aux chevrons a préparé une exposition commémorative à Paris. La ville qui l'a vu se dévoiler au monde d'alors à peine sorti d'une effroyable guerre. L'occasion aussi, pour nous, de remonter la ligne du temps de la 2CV.

L'origine de la 2 Chevaux remonte aux années 30 lorsque Michelin a demandé à Citroën de préparer une voiture bon marché pour augmenter la densité automobile... et donc pouvoir vendre plus de pneus. C'est Pierre Boulanger qui eu en charge ce projet de TPV (Très petite voiture). Le cahier des charges imposait de concevoir une voiture pour quatre personnes avec quatre portières, capable de rouler à 50 km/h en consommant 5 litres aux 100 km. Mais, de plus, les quatre adultes devaient pouvoir voyager avec un chapeau sur la tête et transporter un panier d'œufs dans le coffre sans qu'ils ne se cassent. Un beau défi.

La légende est réellement née le 23 août 1939, mais la guerre, qui a débutée 10 jours plus tard, allait mettre le projet en veilleuse. Cette 2 CV A, un modèle de série, fut cachée pour que les Allemands ne puissent mettre la main dessus. À tel point qu'il ne fut retrouvé qu'en 1968 lors de travaux à Ferté Vidame. D'autres furent démantelées. Pareil pour les plans. La caractéristique la plus remarquable de ce modèle est la présence d'un seul phare, à gauche.

Dès son lancement officiel en 1948, la 2 CV a remporté un vif succès populaire. Elle était pourtant très spartiate et uniquement en gris. En 1950, elle aura sa forme « définitive » que nous connaissons tous. La Deuche évoluera bien sûr avec des évolutions moteur (histoire de rouler à 100 km/h par exemple), mais aussi de nombreuses séries spéciales, comme par exemple la 2 CV Raid Africa et la Charleston (1988). Sa carrière s'est terminée en 1989, plus précisément le 27 juillet à 16 heures. Heure de la fabrication de la 5.114.959e et dernière Citroën 2 CV.

Ajouter un commentaire
comments by Disqus